Chargement de la page en cours... 


cénéma recherche par errachedy abderahime

Cinéma

Les métiers
• Acteur
• Compositeur
• Directeur de la photographie
• Monteur
• Réalisateur
• Producteur
• Scénariste

Les techniques

•de prise de vues
• de laboratoire
• de montage
• de projection
• d' animation

Les genres

• Comédie
• Film d'action
• Film d'aventure
• Film documentaire
• Film dramatique
• Film fantastique
• Film de guerre
• Film d'horreur
• Science-fiction

Les courants

• Cinéma noir
• Cinéma direct
• Cinéma expressionniste
• Cinéma pur
• Cinéma underground
• Dogme95
• Free cinema
• Néoréalisme
• Nouvelle vague
• Oucipo Analyse et esthétique
Les festivals, cérémonies et prix L'histoire Le projet Le portail



Le cinéma est un art du spectacle . Il expose au public un film , c’est-à-dire une œuvre composée d’ images en mouvement projetées sur un support, généralement un écran blanc, et accompagnées la plupart du temps d’une bande sonore . Depuis son invention, le cinéma est devenu à la fois un art populaire , un divertissement, une industrie et un média . Il peut aussi être utilisé à des fins de propagande, de recherche scientifique ou de pédagogie. En français, il est couramment désigné comme le « septième art ». Un film est composé d’une série d’ images généralement projetées à la cadence de 24 images par seconde. C’est la succession rapide de ces images, différant en moyenne peu les unes des autres, qui, par illusion , fournit une image animée au spectateur, reproduisant notamment les mouvements et trajectoires de la vie réelle. La persistance rétinienne , l’ effet phi et les techniques de projection permettent à l’être humain de voir cette série d’images discrètes en un continuum visuel. Le terme « cinéma » est l’ apocope de « cinématographe » (du grec ????µa, kínema, « mouvement » et ???fe?? gráphein, « écrire »), nom donné par Léon Bouly en 1892 à l’ appareil de projection dont il déposa le brevet. Ce mot polysémique peut donc désigner l’art, sa technique ou encore, par métonymie , la salle dans laquelle il est projeté. C’est notamment dans cette dernière acception que le terme est lui-même souvent abrégé dans le langage familier en « ciné » ou « cinoche ». Si les films sont des objets culturels issus d’une culture spécifique dont ils sont le reflet, leur diffusion est potentiellement universelle grâce au développement de technologies qui ont permis un rayonnement mondial des films, par le sous-titrage ou le doublage des dialogues, ainsi que par leur mise à disposition dans des formats domestiques ( cassettes, DVD, Internet , etc.). Ils sont susceptibles aussi de devenir de purs produits commerciaux, au sens où les sommes drainées par cette industrie peuvent être colossales, malgré les coûts de production, eu égard au nombre potentiellement important de spectateurs payants. Histoire Le cinéma est né dans la seconde moitié du XIXe siècle 8 , avec le développement de la photographie . Cependant, personne n’a jamais pu indiquer précisément une « date de naissance » du cinéma. Certains ont attribué son invention aux frères Lumière , concepteurs du cinématographe en 1895 . Pourtant, avant cette date, des pionniers comme William Henry Fitton, Thomas Edison ou Émile Reynaud avaient déjà innové dans le domaine de l’image animée. Depuis cette période, il a évolué et, de la prise de vues à la projection, les techniques se sont perfectionnées. On remarque plusieurs grandes étapes, comme le précinéma , le cinéma muet ou l’apparition de la couleur , mais la chronologie n’a été linéaire qu’en apparence et ces évolutions se font de manière progressive et enchevêtrée. court métrage Un court métrage (ou court-métrage) est un film de cinéma d'une durée plus courte que la durée classique des films commerciaux passant en salle. Le terme « métrage » fait référence à la longueur de la bobine. On retrouve dans le court métrage les mêmes catégories cinématographiques que le long métrage ( film documentaire , fiction, etc.) cinéma marocain Le cinéma marocain regroupe à la fois les films, téléfilms et les productions cinématographiques produites au Maroc. A l'opposé d'autres cinémas d'Europe ou du Maghreb, l'état marocain a longtemps laissé son cinéma trouver par lui même les moyens nécessaires à sa survie et son épanouissement national et international, créant ainsi un déséquilibre entre cinéma commercial (souvent médiocre) et cinéma esthétisant à public essentiellement élitiste . De ce fait,le Maroc a laissé le champ libre à d'autres cinémas concurrents qui se sont affirmés aisément auprès du public marocain ; aujourd'hui il doit lui faire face avec plusieurs années de retard. Il en est de même pour d'autres secteurs artistiques tel que la musique par exemple. Récemment, la politique culturelle du pays a changé (en particulier sous l'impulsion du Festival international du film de Marrakech)et le Maroc vient de se doter d'une toute neuve industrie du film (voir ci-dessous). A ce jour, le cinéma marocain progresse et les nombreuses perspectives d'évolution semblent prometteuses ; le cinéma marocain est de plus en plus sélectionné et/ou primé dans des festivals arabes, africains et occidentaux , ce qui encourage de plus en plus de jeunes à se lancer dans une carrière dans le 7ème Art (voir ci-dessous défis et atouts du cinéma marocain).Ce progrès sert également de référence au cinéma africain moribond. Ce sursaut tardif est vital à l'expression de la culture et de l'imaginaire des marocains dans ce monde globalisé où le risque du Cambodge actuel (qui ne produit plus aucun film) guette de nombreux pays. On trouve au niveau national des réalisateurs qui ont donné leur lettres de noblesse : Wechma (Traces) Hamid Bennani, Moumen Smihi (El Chergui ou le Silence violent, 1975), Jilali Ferhati (Poupées de roseau, 1981 ; la Plage des enfants perdus, 1991), Farida Benlyazd (Une porte sur le ciel, 1988), Saad Chraibi (Chronique d'une vie normale, 1990), Mohamed Abderrahmane Tazi (Badis, 1989 ; À la recherche du mari de ma femme , 1993), Abdelkader Lagtaâ (Un amour à Casablanca, 1992; La porte close, 1998, Hakim Noury (le Marteau et l'Enclume, 1990), Hassan Benjelloun (la Fête des autres, 1990). Ces récentes dernières années, de jeunes réalisateurs ont révolutionné le cinéma marocain. Parmi ceux-ci citons des réalisateur comme Nabil Ayouch ou Narjiss Nejjar, Faouzi Bensaïdi, Noureddine Lakhmari, Leila Triki, Laïla Marrakchi 1. D'après une étude publiée par le cabinet valyans à la demande du centre cinématographique marocain (CCM), même si la production du cinéma au Maroc est abondante, les salles de cinéma ferment et 60% des marocains ne regardent pas de films 2 .En 2008, le cinéma marocain a fêté ses 50 ans, l'occasion de faire le point sur ses défis et atouts futurs(voir ci-dessous défis et atouts du cinéma marocain). modifiez par errachedy abderrahime criez par abderrahime errachedy


les lien suivantes n'apas partie de ce site